Ma recette de brandade de morue en beignets

Ma recette de brandade de morue en beignets

Ingrédients (pour 4 personnes) :

– 300 g de morue dessalée avec la peau si possible
– 300 g de pommes de terre bintje
– 1 feuille de laurier
– 2 œufs entiers
– 1 à 2 cuillerées à soupe d’huile d’olive
– 1 gousse d’ail
– 1 petit bouquet de persil plat
– Poivre
– Huile de tournesol (pour la friture)

Recette à retrouver dans mon livre :

La recette :

La veille : dessalez la morue dans plusieurs eaux claires.

Placez les pommes de terre épluchées dans un gros volume d’eau froide salée. Ajoutez la feuille de laurier. Faites-les cuire 25 minutes environ à petite ébullition.

Dans un saladier, écrasez les pommes de terre à la fourchette, ajoutez la morue émiettée, les œufs, l’huile d’olive, l’ail écrasé, le persil haché, le poivre et mélangez bien.

Faites chauffer l’huile dans une sauteuse. Formez de petites boules de la taille d’une noix et plongez-les dans l’huile chaude. Quand les beignets sont dorés, égouttez-les sur du papier absorbant. Servez-les sur un lit de salade verte.

Astuce
Vous pouvez trouver de la morue déjà dessalée.

Découvrez aussi :

3 Commentaires
  • EMERIAUD claire
    Posté à 18:42h, 01 mars Répondre

    Bonsoir,

    La brandade de morue me ramène à mon enfance passée dans le Midi (Nîmes) où ce plat est un « typique » de la région.
    Le parfum velouté du poisson, s’alliant avec délice à la saveur réconfortante des pommes de terre en purée.
    Un soupçon d’épices et le plat, tout chaud, rend hommage au peu d’ingrédients qu’il contient, tout en saveurs !

  • Danièle IZZO
    Posté à 21:36h, 02 mars Répondre

    Bonsoir,

    Pour moi, la simple évocation de cette recette me renvoie à des souvenirs d’enfance. Je revois ma maman préparer la morue qu’elle mettait tout d’abord à dessaler dans de l’eau froide, à deux ou trois reprises, puis qu’elle émiettait puis mélangeait à de la pomme de terre cuite à l’eau. Elle agrémentait cette préparation d’un peu d’ail pressé et de persil et formait des boulettes qu’elle trempait dans du jaune d’œuf et passait ensuite dans de la farine, avant de les faire dorer dans une poêle préalablement huilée.
    Cette cuisine méditerranéenne simple et sans fioriture était celle de mes parents, héritée de mes grands-parents …. et en y repensant, les odeurs me reviennent.
    La cuisine a quelque chose de magique, surtout quand elle est liée à l’enfance, quelque chose d’éternel que rien ne peut altérer, ni le temps, ni l’absence des êtres que l’on a aimé et qui nous ont quitté.
    Merci pour cette recette !

  • Danièle IZZO
    Posté à 22:16h, 02 mars Répondre

    Bonsoir,

    Pour moi, la simple évocation de cette recette me renvoie à des souvenirs d’enfance. Je revois ma maman préparer la morue qu’elle mettait tout d’abord à dessaler dans de l’eau froide, à deux ou trois reprises, puis qu’elle émiettait puis mélangeait à de la pomme de terre cuite à l’eau. Elle agrémentait cette préparation d’un peu d’ail pressé et de persil et formait des boulettes qu’elle trempait dans du jaune d’œuf et passait ensuite dans de la farine, avant de les faire dorer dans une poêle préalablement huilée.
    Cette cuisine méditerranéenne simple et sans fioriture était celle de mes parents, héritée de mes grands-parents …. et en y repensant, les odeurs me reviennent.
    La cuisine a quelque chose de magique, surtout quand elle est liée à l’enfance, quelque chose d’éternel que rien ne peut altérer, ni le temps, ni l’absence des êtres que l’on a aimé et qui nous ont quitté.
    Merci pour cette recette !

Postez un commentaire

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.